Le philosophe qui n’était pas sage

 
 

A la suite du décès de son épouse, un universitaire new-yorkais décide de tout plaquer pour se rendre en forêt amazonienne. Que va t-il chercher là-bas ?

Il se rend au coeur de la forêt, accompagné de quatre baroudeurs qu’il paie pour l’emmener au sein de la communauté des…

A partir de là, on comprend vite ce qu’il est venu faire : détruire au sens propre comme au figuré cette communauté.

Pas de bain de sang dans ce livre, plutôt la volonté acharnée de déstabiliser les indigènes dans leur mode de vie et leur conviction.

Quand l’homme blanc arrive, tout se détraque. Mais qui de l’américain ou de l’indien s’en sortira vainqueur ?

Un livre franchement drôle par moment, les combines les plus folles sont menées pour changer les indiens. Une chamane se retrouve aux prises avec l’arrogance des occidentaux et ce sont nos valeurs qui se verront bouleversées.

J’ai bien aimé, parce que j’ai pu réfléchir une nouvelle fois sur le sens de nos vies formatées dans une pensée occidentale, libérale et consumériste où le bonheur passe souvent par ce qu’on possède.

Cela m’a donné envie de lire d’autres livres de l’auteur.

Un livre très sympathique qui se lit assez vite.

  
 
Le Philosophe qui n’était pas sage de Laurent Gounelle chez Plon

 

 

Continue Reading

Les Petits

J’ai pris ce livre  à la bibliothèque, parce que j’ai entendu une émission de radio avec l’auteure sur France Inter pour son dernier livre.
Je l’ai trouvé assez antipathique, pas très drôle. Ses propos m’ont semblé assez pointilleux.
Alors pourquoi lire ses livres ? Et bien,  pour se faire un avis.
« Ce n’est pas parce que l’auteure ne m’a pas convaincu que ses écrits sont inintéressants » me suis-je dit !
 
Me voilà donc avec Les Petits où l’histoire banale d’un couple qui après s’être aimé se déchire autour des enfants. Je suis allée jusqu’au bout pour savoir jusqu’où ces personnages pouvaient aller dans leur mauvaise foi.
Un truc m’a paru bizarre vers la fin du récit. Tout d’un coup, il passe à la première personne du sujet. Serait-ce une histoire vécue par l’auteure ?
Après quelques recherches sur le net je découvre que effectivement l’auteure se serait inspirée de faits plus que réels.
Elle s’est même vue assignée en justice par une personne qui s’est « reconnue » dans le roman. En occurrence l’ex-compagne de son compagnon, dépeinte comme une véritable perverse égoïste.
 
Sur la forme, les phrases très courtes ne m’ont pas gêné.Le style m’a bien plu.
Cependant et sur le fond, l’histoire m’a parue douteuse au sens où quel est l’intérêt de vampiriser la vie des autres pour les dépeindre d’une manière aussi négative ?
C’est franchement irrespectueux que de laver son linge sale en public et faire de l’argent avec.
Pour finir, je ne pense pas relire les prochains Angot.
 
 
Les Petits de Christine Angot chez Flammarion

 

Continue Reading

Le contenu du Silence

le-Contenu-du-silence
 
Une lecture contrastée pour moi. C’est l’histoire de Gabriel, qui part aux Canaries suite à la disparition de sa sœur, qu’il n’a pas vu depuis dix ans. Ce voyage va être l’occasion de découvrir que sa sœur s’est retrouvée dans une secte qui est à l’origine d’un suicide collectif. Gabriel va tenter de faire la lumière sur ce drame et plonger dans son passé familial. Il y a un bon suspens qui mêle une histoire familiale avec la grande histoire de la seconde guerre mondiale. Même si le récit est très documenté, j’ai toutefois trouvé que ce n’était pas le meilleur roman de Lucia Etxebarria, en raison du mélange des genres : nazis, sciences occultes, psychologie, embrigadement sur fond de paradis perdu forment un drôle d’ensemble. A lire quand même !
Le Contenu du silence de Lucia ETXEBARRIA, Editions Héloïse d’ORMESSON

 ***

 

Continue Reading

Vingt-quatre heures de la vie d’une femme

La nouvelle Vingt-quatre heures de la vie d’une femme est un classique qui continue de fasciner plus de 80 ans après sa publication. Moi, qui n’ai pas lu beaucoup de classiques, j’ai voulu rattraper un peu mes lacunes.

C’est l’histoire d’un événement marquant dans la vie de Madame C., vieille anglaise en villégiature sur la Riviera au début du XXème siècle. Elle se confie à un résident de la pension qu’elle rencontre, après la fuite d’une cliente avec un jeune homme de passage. C’est le scandale et tous les pensionnaires ne parlent que de cet événement. Madame C. avoue vite avoir eu le même coup de foudre autrefois.
Le lecteur est plongé dans ce récit passionnant, au coeur des tourments et des désirs de cette femme. Une histoire pleine d’ambiguïtés et de revirements. 24 heures qui ont bouleversé une vie.

 
 

« Car… maintenant je ne m’abuse plus…, si cet homme m’avait alors saisie, s’il m’avait demandé de le suivre, je serais allée avec lui jusqu’au bout du monde ; j’aurais déshonoré mon nom et celui de mes enfants… Indifférente aux discours des gens et à la raison intérieure, je me serais enfuie avec lui, comme cette Mme Henriette avec le jeune Français que, la veille, elle ne connaissait pas encore…Je n’aurais pas demandé ni où j’allais, ni pour combien de temps ; je n’aurais pas jeté un seul regard derrière moi,… »
 
Vingt-quatre heures de la vie d’une femme de Stefan Zweig

***
Continue Reading