MES DERNIERES LECTURES # 2

Voici une fois de plus une sélection de livres variées comme je les aime avec une bande-dessinée légère et amusante et un livre policier qui m’a convaincue de lire d’autres polars.

Le prédicateur – Camilla Läckberg

Résumé

Dans les rochers de Fjällbacka, petit port touristique suédois, on découvre le cadavre d’une femme. Tout se complique, lorsqu’au même endroit deux squelettes de femmes apparaissent.

L’inspecteur Patrik Hedström  mène de nouveaux l’enquête, comme dans la Princesse des glaces, premier opus de l’auteure, mais cette fois en plein été sous une chaleur étouffante. Il semble que les squelettes soient ceux de jeunes femmes disparues il y a vingt-quatre ans. L’enquête se focalise rapidement autour de la famille Hult divisée en deux branches rivales depuis cette époque et le suicide de Johannes. Tandis que Patrik assemble les morceaux du puzzle, Jenny une touriste adolescente est portée disparue, la liste s’allonge…

Mon avis

D’habitude peu portée sur les polars, cette fois le récit m’a littéralement emportée. Dès que j’avais une minute de libre, je me plongeais dans cette enquête passionnante. Contrairement à la Princesse de glaces où l’histoire est plus lente et où il y a moins d’action, dans  Le Prédicateur les faits s’enchainent rapidement. J’ai tout aimé, l’intrigue, les informations finement distillées, l’ambiance pesante de cette ville de bords mer cachant des secrets de famille, la psychologie des personnages. Du coup j’ai hâte de me relire un bon polar.

Ma note 9/10

atelierlesbucoliques-aya

Aya de YopougonMarguerite Abouet et Clément Oubrerie

Résumé

A Yopougon en Côte d’Ivoire, et comme partout dans le monde, Il y a de jolies filles malignes qui rient, se disputent, se réconcilient, aiment sortir danser au maquis et partager un Nescafé avec un sexy génito. Il y a aussi Aya qui veut devenir médecin, est sérieuse et toujours prête à donner un bon conseil ou trouver des solutions aux problèmes de ses copines.

A Yopougon, la vie est animée, ça bouge beaucoup et on ne s’y ennuie jamais.

Mon avis

Voilà c’est l’Afrique, la vraie, telle qu’on ne nous la montre rarement à la télé. Les papas aiment papoter en sirotant un koutoukou, les mamans sont un peu guérisseuses et les jeunes adorent gazer le soir.

J’ai aimé cette Afrique authentique, savoureuse et décrite avec beaucoup d’humour. Je me suis franchement amusée et me suis plongée avec bonheur dans cette B.D. Il y a plusieurs tomes pour mon plus grand plaisir.

Le petit bonus ivoirien de la fin est vraiment sympa avec un lexique pour mieux comprendre l’histoire.

Ma note 8/10

 

 

J’espère que ces détours par la Suède et la Côte d’Ivoire vous dépayserons.

*Bonne lecture *

***

Continue Reading

Ses livres préférés

Mon petit bonhomme a presque deux ans et il est déjà un grand lecteur (comme sa maman : les chiens ne font pas des chats). Il a son abonnement à la médiathèque  et on y va régulièrement pour choisir ensembles les ouvrages qu’on va lire. Il a bien sûr ses livres préférés, ceux qu’on peut lire et regarder 10 fois par jour, dans l’ordre ou dans le désordre, peu importe. Voici les premiers livres qu’il adore et qui sait, vous ou vos enfants, les adorerez peut être aussi ?

 

atelierlesbucoliques-seslivres preferes

Le Nuage Bleu – Tomi Ungerer 

Résumé

Un petit nuage bleu flotte tranquillement dans le ciel et se déplace au gré de ses envies, quant tout à coup  il survole une ville en guerre, que va-t –il faire ?

 

Les Trois Brigands – Tomi Ungerer

Résumé

Trois brigands détroussent les voyageurs au clair de lune et sèment la terreur, mais voilà qu’une nuit lors d’un guet-apens, ils tombent sur une petite fille et rien d’autre à voler …

 

Notre avis

Tomi Ungerer est l’un des plus importants auteurs de littérature jeunesse et il est cher à mon cœur. J’avais adoré ses ouvrages quand j’étais petite et c’est avec délectation que je relis ces livres aujourd’hui. J’aime toujours autant ce graphisme aux couleurs contrastées avec beaucoup de noir et ces dessins inspirés du folklore alsacien. Les personnages sont comme des ombres chinoises et il n’en faut pas plus pour éveiller l’imaginaire des plus petits. Cruauté et tendresse se mêlent dans ces deux livres et je crois que c’est ce mélange qui nous plait tant à moi et mon petit bonhomme.

Notre note : 10/10 ou si vous préférez « hors catégorie » 

 

Lilo – Ilya Green

Résumé

Lilo est un petit garçon qui ne sait pas lire, mais aime lire des livres…

Cinq petites histoires où se mêlent le quotidien de Lilo et son imagination.

 

Notre avis

On adore les illustrations d’Ilya Green qui a su très bien intégrer des dessins d’enfants à ses propres dessins. Les rêveries de Lilo pourraient être celles de chacun de nous et j’aime cet aspect un peu magique qui jaillit dans le quotidien du petit garçon. De nombreux aspects de la vie des enfants est abordé comme apprendre à s’habiller, collectionner des objets, s’ennuyer, être poli avec les adultes, découvrir la littérature.

Notre note : 8/10 et coup de coeur pour les dessins d’Ilya Green

 

Bonne lecture !

***

Continue Reading

Mes dernières lectures

En ce moment, je retrouve le goût de la lecture, qui certes ne m’a jamais quitté, mais qui est parfois en dent de scie. Manque de temps, livre pas passionnant, fatigue, … font que parfois je laisse en plan certains ouvrages. 

Ces derniers temps, Je profite de chaque minute libre pour me plonger dans un livre. Ce n’est pas toujours facile avec un petit bonhomme en bas âge à la maison, donc j’avance deux pages par-ci, trois pages par-là. Mais ça fait tellement du bien de pouvoir s’évader dans d’autres univers que celui de son quotidien.

Donc, voici une sélection de livres éclectiques comme j’ai souvent l’habitude d’en lire. Un polar, une bande dessinée et un essai, qui je l’espère vous plairont autant qu’à moi, même si un des livres est moins bien que ce que je pensais.

Je vous laisse découvrir.

 

 

Les années perdues – Mary Higgins Clark

Résumé

Pour Mariah, le cauchemar débute lorsqu’elle découvre sa mère atteinte de la maladie d’Alzheimer enfermée dans un placard l’arme du crime à la main, à côté de son père assassiné. Aucun doute pour la police, mais Mariah est convaincue de l’innocence de sa mère. Son père, spécialiste de la Bible, avait sensiblement fait une découverte saisissante quelques temps auparavant. Il aurait retrouvé une lettre de Jésus écrite à Joseph d’Arimathie, mystérieusement disparue au XVème siècle. Ce parchemin était-il réellement authentique ?

Mon avis

La réputation de l’auteure n’est plus à faire étant considérée comme l’une des meilleures et des plus prolifiques écrivains de romans à suspense. Cependant, ce livre m’a un peu fait l’effet d’un exercice certes maîtrisé mais sans éclat, ni effet de surprise. Ce qui pour un roman policier est décevant. Pour être franche, je me suis ennuyée. Je pensais lire un livre passionnant sur une découverte capitale de la vie de Jésus dans le même genre que l’intrigue du Da Vinci Code, mais non, rien de cela.

Si vous voulez lire un bon polar avec du rebondissement et/ou du suspense,  passez votre chemin. J’avais préféré la Nuit du Renard, bien plus haletant à lire.

Ma note 4/10

 

California dreamin’ – Pénélope Bagieu

Résumé

Ellen Cohen rêve de devenir chanteuse. Sa voix est incroyable, sa personnalité aussi excentrique qu’attachante, son besoin d’amour inextinguible. A l’aube des années 1960, elle quitte Baltimore pour échapper à son avenir de vendeuse de pastrami et tenter sa chance à New York.

Mon avis

A travers la vie d’Ellen alias Mama Cass chanteuse des Mamas and Papas, on plonge dans ses années 60 pleines d’insouciance et de musique folk. J’ai trouvé le personnage super attachant, d’autant plus que j’adore cette fameuse chanson « California Dreamin ». Le découpage de la BD en chapitres dédiés aux personnes qui ont marqué la vie d’Ellen est vraiment bien vu. J’ai bien aimé aussi le style de dessin de Pénélope Bagieu en noir et blanc et un peu brouillon tout en étant précis. J’avais déjà beaucoup aimé un de ses précédents ouvrages La page blanche, résumé ici.

Le petit plus,  la playlist à la fin donne envie de ré-écouter tous ces tubes des sixties, ce que je n’ai pas hésité à faire.

Ma note 8/10

 

Je ne souffrirai plus par amour – Lucia Etxebarria

Résumé

Carrie Bradshaw, Cendrillon ou Bridget Jones ont toutes un point commun, elles sont toutes dans l’attente du « prince charmant » et elles en souffrent.

Décidée d’en finir avec la tyrannie des sentiments,  Lucia Etxebarria nous offre un essai féministe.  Partant de sa propre expérience, elle mène une recherche poussée cette souffrance qui découle de notre besoin d’amour. Elle cherche à expliquer les raisons éducatives, psychologiques et sociétales de la dépendance affective qui embête la vie de pas mal de gens et notamment les femmes. Et comme ce n’est pas une fatalité, elle donne aussi son point de vue souvent avec humour et ses conseils pour s’en sortir et vivre une vie plus libre.

 

Mon avis

Si vous êtes fan de l’auteure, vous serez peut-être déstabilisé par la forme du livre. Ce n’est pas un roman, mais un essai. Ceci dit, l’auteure se penche sur un sujet qu’elle maîtrise parfaitement et qui est souvent au cœur des ses romans : la quête du grand Amour et la dépendance émotionnelle. Dépendance dont elle nous déclare avoir également été victime, Lucia  Etxebarria y parle donc assez souvent à la première personne pour mieux illustrer son propos.

A la lecture des premières pages, je ne me suis pas réellement sentie concernée par ce type de problème, mais j’ai poussé plus loin la lecture et grand bien m’en a été. En fait l’auteure a mené une enquête passionnante sur le sujet. Elle tord le cou à de nombreuses idées reçues avec une langue moderne et souvent humoristique.

A partir de situations qu’elle ou son entourage a vécu, elle nous montre très bien comment les schémas mentaux qui nous sont inculqués dès l’enfance restent en nous et peuvent nous pourrir la vie.  Cela va du complexe œdipien  au mythe de l’amour éternel érigé comme règle fondamentale par notre société occidentale. A cela s’ajoute, une excellente analyse des médias qui continuent de véhiculer des stéréotypes sur la place et le rôle de la femme dans notre société, du genre « soit belle et ça suffira bien ! ».

J’ai aussi beaucoup apprécié toute la partie sur le renforcement de l’estime de soi. Partie qui peut concerner bien d’autres domaines que celui de la vie de couple.

Seul bémol à la lecture, l’analyse des telenovelas (et les références en général à la culture hispanique), que je ne connais pas. J’ai dû transposer cet univers vers des feuilletons à l’eau de rose américains ou français pour mieux comprendre leur critique.

Ma note : 8/10

*Et vous, avez-vous lu l’un de ces ouvrages ? et qu’en avez-vous pensé ?*

Merci à C pour deux de ces livres, que tu reconnaîtras ! 

***

Continue Reading

Une année à la campagne

Ancienne biologiste et bibliothécaire, Sue Hubbell est lasse de vivre dans une société de consommation. Elle décide de changer de vie avec son mari. Ils partent s’installer dans les monts Ozark au sud-est  du Missouri. Ils ne connaissent rien à l’agriculture, ni à l’élevage et décident alors de créer une ferme à abeilles. Commence une aventure dont Sue n’imaginait pas le devenir.

Quelques années ont passées et son mari l’a quittée. Elle, qui n’avait de la nature qu’une connaissance toute théorique, va désormais élever seule ses abeilles. Elle partage avec nous, à travers son récit, son quotidien au fil des saisons. On découvre avec elle, toute l’immensité d’un univers naturel où depuis la disparition des indiens Osages, aucun être humain n’a vraiment vécu.

 

une année

 

Ce livre a été pour moi une véritable petite pépite que j’ai gardée en mémoire de nombreuses années. L’auteure explique très bien l’interdépendance  et les règles des nombreux habitants de ces terres sauvages : araignées, serpents, coyotes, oiseaux, cerfs … Tous font partis de cercles reliés entre eux, dans un ensemble aussi complexe, futile, flexible et  fragile qu’une toile d’araignée.

Il fut une vraie leçon de vie et d’humilité et m’a donné envie d’élever moi aussi des abeilles. A l’époque où je l’ai lu je n’avais pas les moyens pour apprendre l’apiculture. Beaucoup de temps a passé pour que je me décide à sauter le pas. j’espère rester aussi humble et prudente  que Sue, face à ses découvertes et ses observations. J’aimerai continuer à m’émerveiller des différentes formes de vie autour de moi. Prendre le temps de comprendre et reconnaître « qu’il y a davantage de questions que de réponses« .

Ce livre, simple, mais complet, m’a donné beaucoup de bonheur et  je souhaite qu’ils vous en donne autant.

 

Une Année à la campagne de Sue Hubbell chez Folio Poche

***

 

Continue Reading

Le koala tueur et autres histoires du bush

Attention ce livre est top ! (et là je pense très fort à My et Ju partis de l’autre côté du globe tenter l’aventure australienne : il faut que vous lisiez ce bouquin !!)

le koala

 

Gentiment offertes par mes deux australiens revenus du bush,  ces histoires sont particulièrement drôles, voir carrément hilarantes pour certaines. Que celui qui croit que les koalas sont d’adorables nounours tout gentils lise la première nouvelle et changera radicalement d’avis. L’auteur, journaliste australien nous conte ses propres aventures dans le bush où il croise toutes sortes d’animaux perfides, grotesques ou dangereux, mais aussi des aborigènes (et c’est là que le mythe du gentil « sauvage  » en prend un coup) roublards , voir alcooliques.

Toutes plus savoureuses les unes que les autres, ces nouvelles sont certifiées 100% vraies. Moi , je ne sais pas, mais l’autodérision de l’auteur m’a conquise. Alors, si c’est pas ça le bush : je m’en moque, il reste un livre vraiment amusant, qui se laisse dévorer dans un bel éclat de rire !

Un petit extrait pour vous mettre l’eau à la bouche : 

« Je n’aime pas les koalas. Ces sales bêtes, aussi hargneuses que stupides, n’ont pas un poil de gentillesse. Leur comportement social est effroyable – les mâles n’arrêtent pas de se tabasser ou de voler les femelles de leurs semblables. […] Leur fourrure est infestée de vermine. Ils ronflent. Leur ressemblance avec les nounours est une vile supercherie. Il n’y a rien de bon chez eux. Sans parler du fait qu’un jour, un koala a essayé de me jouer un tour pendable. » 

 

 Le Koala tueur et autres histoires du bush de Kenneth Cook chez Le Livre de poche

***

 

Continue Reading
1 2 3 6