Desh

Le week-end du 22 juin, j’ai eu la chance de voir Desh d’Akram Khan lors du festival Montpellier Danse (encore merci à nos gentils amis montpelliérains).
Je voulais en parler parce que j’ai vraiment apprécié.

Akram Khan est un danseur fabuleux.Sa gestuelle est rapide, très physique, bourrée d’énergie, empreinte de danse traditionnelle indienne le Kathak, qu’il maîtrise à la perfection.

Dans Desh, « terre ou patrie » en sanskrit, il évoque en solo le retour aux racines, la figure paternelle, la nature, ses origines aux Bangladesh. Un puzzle de sons, de bruits de villes comme on en trouve seulement en Asie, de chants, d’images rêvées ou imaginées. Les herbes hautes descendent du ciel, le père surgit en un tour de passe-passe, les éléphants vous saluent et le miel se goutte les doigts dans la ruche. Akram Khan est un magicien. En quelques secondes, de postures en gestes surgissent le travailleur, le mendiant, le cuisinier, le conteur.

 

Le dernier tableau est magnifique. Il laisse un souvenir fort, excitant, il séduit autant qu’il épate.

 

You may also like